Pierre DE MARET

Profile picture for user Pierre de Maret
Pro-Recteur & Professeur de l'Université

Université Libre de Bruxelles
Centre d'Anthropologie Culturelle (CAC)
Institut de Sociologie - CP 124
Avenue Jeanne 44
B- 1050 BRUXELLES
12ème étage - Bureau 127

profile_email
0032 02 650.34.25
Bio

Pierre de Maret poursuit depuis plus de 40 ans des recherches sur le terrain en Afrique centrale et au Musée Royal de l’Afrique centrale. Outre l’archéologie et l’histoire de l’art, ses centres d’intérêt concernent aussi bien l’histoire précoloniale (développements technologiques et sociaux) que l’anthropologie économique, médicale et appliquée (prévention du SIDA, préservation des forêts tropicales), la muséologie et la gestion culturelle. Il a été durant six ans, directeur d’une vaste étude de la Commission européenne sur l’Avenir des Peuples des Forêts Tropicales (APFT).

Pierre de Maret a été Président du Conseil des Recteurs et du Fonds National de la Recherche Scientifique, en Belgique, et aux Etats-Unis de la Society of Africanist Archaeologists. Il est actuellement Président du Conseil Scientifique du Musée Royal de l’Afrique Centrale (Tervuren).   Il a effectué des expertises pour la Commission européenne, l’Agence de la Francophonie, les Nations Unies, l’UNESCO, la Banque Mondiale et différents gouvernements. Il est également Honorary Professor à l’University College London, membre étranger du St John’s College de l’Université de Cambridge, et Doctor Honoris Causa des Universités de Lubumbashi, Montréal, Tübingen, Lyon II, La Republica (Santiago du Chili) et de Chisinau (Moldavie).

CV
  • Doctorat en Archéologie, 1978, ULB
  • Licence (Master) en Sciences Sociales des pays en voie de développement, 1968-1973, ULB
  • Licence (Master) en Histoire de l'Art et Archéologie, 1968-1972, ULB

 

 

Domaines d'intérêt
  • Archéologie de l'Afrique centrale,
  • Le dieu Seth
  • Anthropologie économique,
  • Populations des forêts tropicales
Présentation des recherches

Projet EACOM (BELSPO) La métallurgie du cuivre en Egypte et en Afrique dans les collections fédérales : contextualisation, conservation et valeur patrimoniale - 2015-2019

Ce projet, financé par une bourse Belspo, est dirigé par Luc Delvaux (MRAC).
http://eacom.be/wp/

EACOM is a pluri-disciplinary research project on the understanding of early copper metallurgy processes in Egypt and sub-saharan Africa, especially the Congo bassin. EACOM is financed by the Belgian Science Policy Office (BELSPO) BRAIN-BE programme and is based on a four tier research plan:
Study of the archaeological and ethnographical collections kept in the federal scientific institutions (Royal Museums of Art and History, Brussels and Royal Museum for Central Africa).
Field research, both archaeological and ethnographical, in Egypt and sub-saharan Africa.
Experimental Archaeology based on the reconstitution of early copper exploitation processes.
Archaeometric analyses undertaken by the KU Leuven specialised Laboratory.

The objectives are
To inventory and contextualise all the material linked to copper metallurgy in the Belgian federal scientific institutions linked to the metallurgical processes in Ancient Egypt and Sub-Saharan Africa.
To contribute to the understanding of the processes of traditional and ancient copper working in Egypt and sub-Saharan Africa.
To enhance the visibility and the societal impact of federal heritage through scientific and general public valorisation activities.
To improve the accessibility of data for researchers.
To highlight Belgian expertise in the study of ancient metallurgical techniques and reinforce research in this field.
To define a conservation protocol in order to preserve the fragile components of these collections using modern conservation and restoration methods.
Results will be disseminated through the present website, various online and paper publications and updating of the museum online databases:
http://carmentis.kmkg-mrah.be/eMuseumPlus http://www.africamuseum.be/collections/browsecollections

 

Projet KONGOKING [Political centralization, economic integration and language evolution in Central Africa : an interdisciplinary approach to the early history of the Kongo Kingdom - KONGOKING project]  - Pierre de Maret   

KONGOKING est un groupe de recherche interdisciplinaire et interuniversitaire qui tend à contribuer pour une meilleure compréhension des origines et de l’histoire primaire du Royaume Kongo. Financé par un « Starting Grant » du Conseil de Recherche Européen sous le FP7 (Seventh Framework Programme), KONGOKING est coordonné par le Prof. Koen Bostoen de l’Université de Gent et des chercheurs de L’Université de Gent (UGent), de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et le Musée Royal d’Afrique Centrale (MRAC) de Tervuren, ainsi que différentes institutions partenaires en Afrique, Europe et des USA.

Le prestigieux royaume Kongo, qui émerge le long de la Côte Atlantique de l'Afrique Centrale, est célèbre dans le passé de l'Afrique. C'est encore de nos jours une référence culturelle importante pour les Africains comme pour la Diaspora africaine. Grâce aux textes des premiers explorateurs et missionnaires européens et à son implication dans le commerce transatlantique, l'histoire de cette partie de l'Afrique subsaharienne depuis la fin du XVè siecle est mieux connue que celle de la plupart des autres régions d'Afrique. Néanmoins, on sait très peu sur ses origines et son histoire avant l'arrivée des premiers explorateurs. Ce projet de recherche soutenu par l'ERC se propose donc par une approche interdisciplinaire de tenter d'éclairer ces questions. L'archéologie et la linguistique historique, deux disciplines clés pour reconstruire l'histoire ancienne en Afrique, joueront un premier rôle majeur dans cette démarche. Paradoxalement, si la région du royaume Kongo est une des zones les mieux documentées de l'Afrique Centrale au niveau historique et ethnographique, elle est pratiquement inconnue d'un point de vue archéologique. C'est pourquoi, l'équipe de recherche entreprendra des fouilles systématiques dans les anciennes capitales et chefs-lieux de cet ancien royaume. De même, aucune étude historique complète n'a couvert les langues du Royaume Kongo et des royaumes apparentés. Néanmoins, les plus anciens documents écrits du domaine Bantou qui remontent au début du XVIè siècle, sont originaires de cette région. L'équipe de recherche a donc entrepris également une étude historique comparative de l'ensemble des dialectes du Kikongo et des langues voisines, comme le Kimbundu, le Teke et le Punu-Shira, comparant systématiquement les données actuelles avec celles reprises dans les documents anciens. Une attention particulière est prêtée au vocabulaire culturel lié à la politique, la religion, l'organisation sociale, le commerce et l'artisanat, en relation avec les données archéologiques.

Pour en savoir plus, consultez le site du projet : www.kongoking.org

Travaux sélectionnés

Bernard Clist, Pierre de Maret, Koen Bostoen, Une archéologie des provinces septentrionales du royaume Kongo, Archaeopress Archaeology, Oxford, 2018.

Els Cranshof, Nicolas Nikis, Pierre de Maret, «Ceramics Decorated with Woven Motifs : An Archaeological Kongo Kingdom Identifier»? In, The Kongo Kingdom. The Origins, Dynamics and Cosmopolitan Culture of an African Polity, Koen Bostoen et Inge Brinkman, Ed., Cambridge University Press, 2018, pp 165-196.


Pierre de Maret, «Les royaumes Kongo et Luban, cultures et sociétés dans le bassin du Congo», In, L’Afrique ancienne. De l’Acacus au Zimbabwe : 20.000 ans avant notre ère - XVIIe siècle, François-Xavier Fauvelle, dir.