Olivia CALLEJA

Bio

inde

 

Thèse de doctorat défendue le 19 décembre 2019.

Remaking the government of waste. A relational politics of things in Delhi

Dir. Prof. D. V. Joiris, Faculté des Sciences Sociales et politiques, Section des Sciences Sociales, Centre d’Anthropologie Culturelle, ULB, Bruxelles.

Financement : FNRS (Fonds de la Recherche Scientifique). 2014-2018.

My work focuses on the politics unfolding with the reconfiguration of waste management in Delhi, through an exploration of various processes of change that have affected the sector. Over the past two decades, it has undergone profound transformations with new regulations, privatisation, and structural changes in waste material and labour ecologies. While the materiality of waste mutates and its governance is profoundly transformed, ethnographic work reveals the complexity and diversification of local waste labour ecologies, as well as the pervading nature of processes of informality. I analyse how these phenomena relate and what politics infuse their connections to produce contemporary waste infrastructures. Drawing insights from studies of the postcolonial state, urban informality, and the anthropology of infrastructure, I seek to contribute to, and critically engage with, the literature on waste in urban India.

Key words : waste management, urban environment, Delhi, India

Mon travail se penche sur les dimensions politiques du processus de reconfiguration de la gestion des déchets à Delhi, à travers une exploration des différents changements qui affectent le secteur. Au cours des deux dernières décennies, celui-ci a été profondément redéfini avec de nouvelles régulations, une privatisation des services, ainsi que des changements structuraux dans l’écologie matérielle et l’écologie du travail des déchets. Alors que la matérialité du déchet et sa gouvernance ont été profondément transformées, une approche ethnographique révèle la complexification des écologies de relations de travail du déchet au niveau local, ainsi que la dimension généralisée des processus d’informalité. J’analyse la manière donc ces phénomènes sont reliés et comment ces connexions se déploient politiquement pour produire les infrastructures des déchets. En m’inspirant des études portant sur l’Etat postcolonial, l’informalité urbaine, et l’anthropologie des infrastructures, je cherche à la fois à contribuer à la littérature sur les déchets dans l’Inde urbain, et à développer un engagement critique avec celle-ci.

Mots-clés: gestion des déchets, environnement urbain, Delhi, Inde

 

Olivia 1Oli4

 

oli3

Appartenance